Diamant mandarin (Taeniopygia guttata)

0
426
Diamant mandarin

Descriptive – Identification

Le diamant mandarin (Taeniopygia guttata), ou diamantino, est un passereau relativement petit, avec une longueur de seulement 10-11 cm et une masse d’environ 12 grammes.

Il présente un dimorphisme sexuel, car les spécimens mâles et femelles diffèrent par la couleur. Les mâles sont plus nettement marqués, la tête et le dos sont gris, la queue est rayée de noir et de blanc, la gorge est rayée et ils ont des taches oranges sur les joues. Ils ont également des taches de couleur marron avec des points blancs sur les côtés. Le bec est rouge. Les femelles sont moins distinctives, n’ayant qu’une coloration grise sur tout le corps.

Le bec est orange et les yeux sont rouges pour les deux sexes.

Avant d’atteindre la maturité, les jeunes diamants ressemblent souvent à des femelles, mais ont un bec noir. Une coloration dimorphique apparaît lorsque ces oiseaux atteignent 90 jours de vie.

Distribution et habitat

La diamantine vit exclusivement dans la savane et dans les habitats subtropicaux arides, en particulier dans les grandes étendues de terres dépourvues de végétation ou les zones avec des arbustes et de petits arbres épars. Cependant, ces oiseaux se sont adaptés à de nombreuses interférences humaines, y compris les puits d’eau et les terres où la végétation a été enlevée à des fins commerciales. Les diamants mandarins sont également largement domestiqués et sont souvent gardés en captivité par les humains.

En Australie, les Taeniopygia guttata sont présentes sur la plus grande partie du continent, se concentrant dans les savanes. On ne les trouve pas le long de la côte ou sur la péninsule du cap York. Parce qu’ils doivent vivre à proximité d’une source d’eau, la construction de barrages et d’autres structures artificielles pour les ressources en eau a permis d’élargir l’étendue du territoire du diamant mandarin dans sa terre natale. C’est pourquoi ils sont couramment observés dans les cours de banlieue indo-australiennes.

Comportement

Les diamantines sont des oiseaux sédentaires et diurnes. Ce sont également des oiseaux très sociaux et vivent en groupes d’environ 100 individus. Pendant la reproduction, cependant, les grands groupes se divisent en groupes plus petits d’environ 50 individus. Ces petits troupeaux restent en contact les uns avec les autres. Le diamant reconnaît les membres de son propre troupeau par leur chant, permettant aux membres amicaux de visiter son site de nidification et chassant à la place les membres de troupeaux inconnus.

Bien que Taeniopygia guttata parcoure souvent de grandes distances à la recherche de nourriture et de ressources, le territoire qu’il défend est relativement petit, limité à la zone entourant directement le nid. Les hiérarchies de dominance sociale sont souvent établies après l’introduction des femelles dans le troupeau. L’apparence ne semble pas être un facteur déterminant dans l’établissement des hiérarchies dans les groupes sociaux.

Chant et communication

Le mâle de Taeniopygia guttata est un “chanteur passionné” (les femelles ne chantent généralement pas), ses cris sont composés de nombreux piaulements et trilles et semblent être les sons émis par de minuscules cornes. Quand ils sont heureux, ils chantent toute la journée, mais même s’ils sont calmes, leurs appels peuvent être assez persistants. Si vous en avez un et que vous pouvez le garder à l’extérieur ou près d’une fenêtre où il peut entendre d’autres oiseaux, vous l’entendrez souvent répondre aux appels des diamants sauvages.Le diamant utilise une variété d’appels pour communiquer avec d’autres spécimens de son troupeau. Les appels d’accouplement des mâles sont souvent décrits comme des trilles doux, tandis que les sons d’avertissement sont plus urgents et puissants. Ces derniers cris sont utilisés lorsque des dangers sont perçus à proximité du territoire de nidification. Les poussins font des bruits de « gazouillis » et de « grattage » pour inciter les parents à les nourrir.

Alimentation

L’alimentation du diamant est principalement constituée de divers types de graines, en effet son bec est particulièrement adapté à leur épluchage. Bien qu’il préfère un régime à base de graines, le Diamant mandarin mange également une variété de fruits, de légumes et d’aliments vivants, tels que des insectes. Un régime dont le contenu nutritionnel varie est important pour la santé et le bien-être général de cet oiseau. Manger des insectes pendant l’accouplement est particulièrement important pour donner naissance à des poussins en bonne santé.

La reproduction

La saison de reproduction des diamants mandarins est variable, ils peuvent s’accoupler à tout moment de l’année suivante sous de grandes quantités de pluie. Les diamants sont monogames et forment un lien de couple à vie.

Les chants de ces oiseaux jouent un rôle important dans le processus d’accouplement. Les femelles ne chantent pas, tandis que les mâles possèdent une capacité de chant vraiment originale, incorporant les sons de leurs proches et du Taeniopygia guttata environnant dans leurs performances. En plus de chanter, les mâles exécutent également une danse de parade nuptiale dans le cadre du rituel d’accouplement.

Bien que le diamant soit un oiseau monogame qui entretient un lien de couple à vie, un test ADN montre que l’infidélité se produit souvent entre les membres de l’espèce. Le test ADN est une méthode utilisée pour déterminer la mère biologique et le père d’une progéniture. Les diamants mâles et femelles sont dédiés à l’accouplement en dehors du couple.

Les diamants mandarins sifflent en signe de protection de leur territoire et de leurs compagnons.

Une augmentation de la collecte de matériaux et de ressources pour construire le nid peut indiquer qu’il est temps pour l’accouplement. Les nids sont généralement construits avec diverses herbes et tapissés de plumes ou même de laine. Ils peuvent être trouvés dans de nombreux endroits différents, allant des arbres, des buissons et d’autres tanières d’animaux aux creux et rebords des bâtiments commerciaux. Pendant la période de nidification, mâle et femelle passent les nuits ensemble dans le nid. Environ une semaine après la construction du nid, les œufs sont déposés.

La quantité moyenne d’œufs dans une couvée varie de 4 à 6 sur une période de quelques jours. Les mâles et les femelles font éclore leurs œufs jusqu’à ce qu’ils éclosent, ce qui prend environ deux semaines, selon le moment où chaque œuf a été pondu. Pendant cette période, les mâles sont très protecteurs envers les femelles et n’autorisent aucun intrus à s’approcher du nid.

Une fois les œufs pondus, les femelles éclosent, tandis que les mâles protègent le nid. Les deux diamants restent dans le nid la nuit. Une fois les œufs éclos, les femelles s’occuperont principalement des poussins, tandis que les mâles recueilleront la majeure partie de la nourriture.

Après l’éclosion, les deux parents s’assoient à tour de rôle sur le nid et ramassent de la nourriture pour les poussins. Après environ trois semaines, les poussins de Taeniopygia guttata sont capables de quitter le nid, mais y reviennent souvent la nuit. Environ deux semaines après avoir été recouverts de plumes, les poussins deviennent indépendants de leurs parents. À ce stade, de nombreux parents sont prêts pour une deuxième couvée.

Les mâles et les femelles consacrent beaucoup de temps à s’occuper de leurs poussins. Pendant la période de construction du nid, les deux sexes contribuent à la collecte de matériaux, mais concentrent leurs efforts individuels sur la construction de zones différentes. Alors que les mâles se consacrent à la collecte de la plupart des matériaux et à la construction générale du nid, le rôle des femelles est plutôt centré sur l’architecture interne du nid.

Espace de rangement

De nombreux petits mammifères sont des prédateurs communs des œufs de diamant. Dans leurs habitats naturels, ils sont susceptibles d’être la proie de petits Dasiuridés, d’oiseaux de proie et de serpents. En dehors de leur aire de répartition d’origine, ils sont également chassés par les souris.

La population de diamants est abondante et non en déclin, par conséquent cette espèce est classée LC (Less Concern) dans la liste rouge 2018 de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here