Coucou commun (Cuculus canorus)

0
446
Coucou commun (Cuculus canorus)

Descriptif – Identification

Le coucou commun (Cuculus canorus) est un oiseau chanteur de taille similaire à une colombe, d’une longueur d’environ 33 cm. Les mâles adultes sont généralement de couleur grise sur le dessus, la gorge et la poitrine, tandis que le dessous est blanc avec des stries noires rapprochées.

La longue queue est noire avec des marques blanches. Les pattes du coucou commun sont courtes et son bec jaune à pointe noire n’est pas arqué. Les yeux varient en couleur entre le jaune-brun et l’orange et sont entourés d’un anneau jaune. Les pattes et les pieds sont jaune orangé. Une caractéristique typique de Cuculus canorus est ses ailes pointues.

Les femelles adultes sont généralement brunes sur le haut du corps, tandis que sur le dessous elles sont blanches avec des stries noires. L’apparence des jeunes montre la couleur brune des femelles, y compris les stries, et ils ont une tache blanche sur la nuque. Leurs yeux sont brun foncé et sont entourés du même anneau jaune que celui des adultes.

Distribution et habitat

Le coucou commun est un oiseau migrateur qui passe la saison de reproduction en Europe et en Asie, une saison qui coïncide avec l’été. Dans les autres périodes, il migre vers l’Afrique et l’Asie du Sud-Est. Il est répandu sur tout le continent eurasien, de l’Espagne au Japon ; en Asie, le point le plus méridional où se déroule la saison de reproduction est bordé par le Népal.

Les populations de Cuculus canorus trouvées dans la partie occidentale du continent migrent vers l’Afrique sub-saharienne pour atteindre les zones équatoriales ; certains oiseaux atteignent même l’Afrique du Sud. Les populations trouvées à l’Est migrent plutôt vers les Philippines et d’autres pays d’Asie du Sud-Est.

Le coucou commun parvient à survivre dans pratiquement tous les types d’habitats : des landes aux forêts, des champs et des landes ouvertes aux marécages. On le trouve souvent dans les forêts de conifères et de feuillus, à la lisière des bois, dans les clairières, dans la steppe avec des arbres, des prairies et des marécages, dans des zones cultivées avec des arbres et des buissons. On peut l’observer jusqu’à 2000 mètres d’altitude.

Comportement

Le coucou commun est un oiseau timide, qui mène principalement une vie solitaire, sauf pendant la saison de reproduction. Pendant la saison des amours, en effet, les coucous deviennent plus bruyants : les mâles émettent le cu-cu caractéristique, tandis que les femelles émettent un gargouillement.

Le Cuculus canorus exploite comme perchoir les arbres dans les zones ouvertes ou les perches, sur lesquelles il ouvre sa longue queue et garde ses ailes abaissées.

Le vol du coucou est rapide et direct, avec des battements d’ailes très fréquents. Son style de vol est à certains égards similaire à celui des oiseaux de proie, mais plus faible, avec des battements d’ailes moins profonds et plus rapides, et sans planer.

Une caractéristique particulière du coucou est le parasitisme de l’éclosion : la femelle, en fait, pond ses œufs dans le nid d’autres oiseaux. Il existe quelques explications qui tentent de faire la lumière sur ce phénomène : l’une d’entre elles est que les coucous adultes se nourrissent d’insectes venimeux, nourriture qui ne convient pas aux poussins et aux spécimens plus jeunes.

On pense donc que les femelles choisissent les nids d’autres espèces pour pondre leurs œufs, ce qui fournira aux poussins une nourriture de meilleure qualité. Lorsque les jeunes coucous naissent, ils déposent les œufs et les poussins de l’espèce hôte du nid, afin de recevoir plus de nourriture.

Chant et communication

En Europe, le cri du coucou commun est considéré comme le premier signe de l’arrivée du printemps. Le chant du coucou diffère selon les sexes : alors que les mâles émettent le cri typique et indubitable qui ressemble à cu-cu (d’où il tire son nom), les femelles émettent un gargouillement.

Le chant du mâle ressemble à du cu-cu, avec la première note plus haute et portée plus longtemps. Certaines variations peuvent ressembler à cu-cu-cu-uu, et émet occasionnellement un seul cu. Lorsqu’il est excité, il émet un court gowk gowk gowk. L’appel de la femelle, comme déjà mentionné, est un gargouillement kwik-kwik-kwik.

Cuculus canorus est généralement très calme et silencieux pendant la majeure partie de l’année, mais il devient extrêmement bruyant avec des chants continus pendant la saison des amours, en raison de conflits territoriaux et de divers types de performances.

Alimentation

Le coucou commun est un oiseau insectivore, qui se nourrit principalement d’insectes et de leurs larves. La plupart des oiseaux ne se nourrissent pas de chenilles velues, qui sont toxiques, tandis que les coucous en font un élément important de leur alimentation. Le coucou n’est pas intoxiqué par les chenilles car, avant de les manger, il picore une des extrémités d’où il commence à couper la chenille avec son bec et enfin la secoue jusqu’à ce que le contenu toxique soit expulsé. Les poils des chenilles, en revanche, sont régurgités ultérieurement sous forme de boulettes.

Le coucou commun se nourrit dans les zones boisées où, en plus des chenilles, il capture de gros insectes comme les cigales et les criquets et où il peut trouver d’autres proies comme les araignées. Il peut également se nourrir des œufs et des poulettes qu’il trouve dans les nids de l’espèce où la femelle va pondre ses œufs.

La reproduction

Contrairement à ce qui se passe chez d’autres espèces, chez le coucou les deux sexes peuvent initier le rituel de la parade nuptiale : parfois c’est la femelle qui émet son gargouillement et le mâle s’approche en conséquence, parfois c’est le contraire qui se produit.

Le mâle Cuculus canorus déplace sa tête de haut en bas et arque son corps, gardant ses ailes ouvertes et pointant vers le bas, tandis que la queue est relevée et déployée. Par la suite, le mâle fait pivoter le corps et se déplace d’un côté à l’autre. Lors de ces représentations, la femelle ne fait que regarder.

Des rituels de parade nuptiale peuvent également avoir lieu dans lesquels les oiseaux se nourrissent les uns des autres : avant l’accouplement, le mâle offre parfois une bouchée de nourriture à la femelle.

Comme déjà mentionné, le coucou commun est voué au parasitisme de l’éclosion : la femelle, en fait, pond ses œufs dans le nid d’une autre espèce. Les œufs de coucou sont très similaires aux œufs de l’espèce « hôte » : ils peuvent en effet présenter des taches ou avoir une couleur uniforme, en fonction de la couleur des œufs de l’hôte.

Le mimétisme des œufs de coucou commun est une adaptation fonctionnelle au parasitisme : si le mimétisme n’est pas parfait, l’oiseau hôte le remarque et retire les œufs de coucou de son nid. Il existe environ 100 espèces d’oiseaux qui peuvent être infestées par Cuculus canorus.

Lorsque l’oiseau hôte quitte le nid sans surveillance, la femelle coucou commun retire un de ses œufs du nid et pond son propre œuf avant le retour de l’hôte. L’éclosion (réalisée par l’hôte) dure environ 12 jours. Les œufs de coucou commun éclosent généralement avant les œufs d’oiseau hôte.

Dès sa naissance, le petit coucou retire du nid les œufs ou les poulettes de l’espèce hôte, afin de recevoir toute la nourriture apportée par les « parents adoptifs ». Les poulettes Cuculus canorus sont nourries et soignées par l’hôte pendant 20 à 23 jours, période au cours de laquelle elles deviennent beaucoup plus grosses que l’hôte. Lorsqu’ils atteignent 2-3 semaines de vie, ils quittent le nid et migrent vers le sud, plus tard que leurs vrais parents.

Espace de rangement

Le Breeding Bird Survey (BBS) a noté que la population de coucous communs diminue au Royaume-Uni. On pense que cela est lié à une diminution d’autres espèces d’oiseaux, comme le Pipit et le Moineau. Ces diminutions sont probablement dues à des facteurs liés aux changements dans les habitats naturels.

La population reproductrice de Cuculus canorus en Europe est estimée entre 4 200 000 et 8 600 000 couples, ce qui équivaut à environ 12 600 000 à 25 800 000 individus (selon les estimations de BirdLife International 2004).

La population européenne représente environ 25 à 49 % de la population mondiale totale, qui devrait donc représenter globalement entre 25 et 100 millions d’individus. Cependant, une confirmation supplémentaire est nécessaire pour valider ces chiffres.

Dans la liste rouge 2018 de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) le coucou est classé LC (Less Concern).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here